Comité de Kultura Appelle à Kultura 2.0

Le 1er janvier 2022 a débuté la deuxième phase des Programmes d’intégration cantonaux, les PIC 2bis, pour tous les cantons, y compris le canton de Genève. La Confédération et les cantons ont décidé que la prochaine phase de l’Agenda Intégration Suisse (AIS), qui se décline dans les cantons, ne durerait exceptionnellement que deux ans (2022-2024) ; la phase suivante, qui démarrera en 2024, s’étendra en principe de nouveau sur quatre ans.

Pour la Fédération Maison Kultura, mais aussi pour chacune de la soixantaine d’associations membres, ce nouveau programme est une occasion unique pour mieux nous faire connaître et professionnaliser notre mission et nos prestations : nos services d’information, de formation, d’orientation professionnelle, d’accueil et d’animation socio-culturelle.

Mais c’est également l’occasion de revenir aux ambitions premières de Kultura : contribuer à créer ensemble l’espace fédératif, diversifié dans ses formes et ses cultures, mais uni lorsqu’il s’agit de penser la migration. Il s’agit enfin de revendiquer le droit à la citoyenneté à l’intégration dans la société et la démocratie genevoises.

Dans l’écosystème de l’intégration et de l’inter-culturalité, de la formation et de l’insertion professionnelle, de la participation citoyenne et de la démocratie représentative, dont la Suisse et Genève sont si fières, Kultura a tout d’abord joué un rôle de pionnière avant d’être rejointe par de très nombreuses associations, poursuivant des buts similaires et offrant des prestations analogues.

C’est le moment aujourd’hui, de saisir l’opportunité d’un second souffle. C’est le moment de nous porter à la tête d’un mouvement qui sache unifier son discours pour augmenter son impact sur les politiques publiques. C’est le moment de nous concerter véritablement avec les autres acteurs et actrices de l’intégration pour mieux affiner les offres particulières et les prestations spécifiques de chaque organisation, pour mieux répondre ensemble à l’immensité des besoins actuellement non couverts. C’est le moment surtout, de relancer les programmes de légalisation de personnes en situations irrégulières, pour que chaque personne migrante, quelle que soit son origine, quel que soit son parcours de migration, trouve des réponses adaptées, immédiates et concrètes, aux questions de santé, de logement, de formation, d’emploi et de liberté de circulation qu’elle ne peut résoudre seule. C’est le moment enfin, de redonner du souffle à la démocratie genevoise en offrant le droit de vote et d’éligibilité aux personnes étrangères en Suisse.

Le Bureau de l’Intégration des Etrangers (BIE) du Département de l’Action sociale et de la Solidarité du Canton de Genève nous a fait confiance, en renouvelant, avec la Ville de Genève (DCSS), son soutien pour payer nos frais de fonctionnement. Il finance également nos efforts pour la transition de Kultura 1.0 à Kultura 2.0, avec l’appui de la Loterie romande et d’une grande fondation genevoise.

Nous allons transformer nos nouveaux bureaux à la Maison des Associations, rue des Savoises, pour un faire un espace de co-travail et de synergie pour nos organisations membres, et proposer une plateforme numérique pour l’information et la gestion de projets d’intégration ou de soutien associatif.

Nous sommes en pleine négociations avec l’Hospice Général et l’OFPC du  DIP pour renforcer notre Espace de formation et d’insertion
eje 2.0, dont les résultats sont excellents cette année, et que nous voulons réorienter vers un accueil personnalisé (à la carte) pour permettre à une vingtaine de jeunes par année de retrouver la confiance nécessaire pour s’engager sur les chemins de la formation ou de l’emploi.

Enfin, nous avons installé – dans l’urgence – un nouveau Centre d’accueil, de rencontre et d’entraide (CARE) pour les personnes réfugiées d’Ukraine. Le centre Ge CARE Ukraine a ouvert ses portes dans nos anciens locaux au 52 Rue Montbrillant.

Le PIC 2bis doit offrir les moyens de relever tous ces défis, ensemble et séparément. A nous de savoir faire ce qui est dans notre pouvoir et dans nos possibilités pour rendre effectif ce programme social et politique : ce n’est pas d’humanitaire dont il s’agit ici, mais de démocratie et de solidarité sociale.

Tout le monde y gagnera !

Pour le Comité de Kultura
Jean Rossiaud
Président